Centre Culturel de Chênée

rue de l'Église 1-3
4032 Chênée
tél. 04 365 11 16
fax. 04 367 65 78
info@cheneeculture.be 

ve sa di   lu ma me je ve sa di   lu ma me je ve sa di   lu ma me je ve sa di   lu ma me je ve sa di  
1 2 3   4 5 6 7 8 9 10   11 12 13 14 15 16 17   18 19 20 21 22 23 24   25 26 27 28 29 30 31  

Carnet de résidence

Carnet de Résidence janvier-février 2017

14/12/2017

QUE L’ANNEE 2018 SOIT REMPLIE :

DE SOURIRES

POUR CHASSER LA TRISTESSE

D’AUDACE,

POUR QUE LES CHOSES NE RESTENT JAMAIS EN PLACE,

DE RECONFORT, POUR ADOUCIR LES JOURS DIFFICILES,

D’ARCS EN CIEL,

POUR COLORER LES IDEES NOIRES, DE COURAGE,

POUR CONTINUER A Y CROIRE,

DE CONFIANCE,

POUR FAIRE DISPARAîTRE LES DOUTES,

DE GOURMANDISES,

POUR CROQUER ET DEGUSTER LA VIE,

DE GENEROSITE,

POUR LE PLAISIR DE PARTAGER,

ET D’ARTISTES EN RESIDENCE A CHENEE !

NOS ROUTES CROISENT A NOUVEAU AVEC JOIE CELLES DES ARTISTES ET PARTENAIRES SUIVANTS :

Carnet de résidences…

COLLECTIF KARDA // THEÂTRE ADULTE

Comédiennes, auteures et danseuses, Sarah Blion et Sarah Guilleux, travaillent depuis plus d’un an à l’élaboration d’une création théâtrale intitulée « Les roses poussent-elles encore à Damas? «. Cette écriture théâtrale s’inspire de sujets tirés de l’actualité, de la révolution syrienne, et de l’accueil des réfugiés et du texte de l’auteur Jean-Pierre Siméon, « Stabat Mater Furiosa », et nous raconte l’histoire de deux femmes, deux sœurs, éloignées depuis des années (l’une est en Syrie tandis que l’autre est en Belgique), au moment où les affrontements se font de plus en plus intenses.

Comment parler de la Syrie aujourd’hui ? Comment en parler autour de nous, quand le conflit semble complexe ? Nous sentons nous concernés ou complètement étranger à ce qui se passe là-bas ? Et qu’est-ce qui se passe réellement là-bas ? Et que se passe-t-il ici en Belgique, en lien direct avec l’ailleurs ?

 

Carnet de Résidence novembre - décembre 2017

24/10/2017

LA SALLE RéSIDENCE DEMARRE L’AUTOMNE SOUS LES COULEURS DES ARTISTES DE THéÂTRE JEUNE PUBLIC TANDIS QUE LA SALLE CULTURELLE OUVRE SES PORTES AUX MUSICIENS, TOUS ARTISTESCRéATEURS DE RéFLEXION, DE LIENS ET DE BONNE HUMEUR.

A suivre de très près :

La Compagnie les Pieds dans le Vent // Théâtre Jeune Public

Après un chemin pétillant à travers différentes compagnies jeune public, Valérie Joyeux et Vincent Raoult désirent faire fructifier et partager leur expérience avec d’autres artistes.

En 2011, forts de leur complicité, ils créent leur propre structure. La Compagnie Les Pieds dans le Vent voit le jour. Son objectif est la création et la diffusion de spectacles théâtraux destinés au jeune public et aux familles.

Ayant créé plusieurs spectacles ensemble, Valérie Joyeux et Vincent Raoult forment un « duo » aux yeux du public ; toutefois, ils insistent sur l’importance qu’ils accordent à toute l’équipe de création et comptent avec Les Pieds dans le Vent, inviter régulièrement d’autres artistes à les rejoindre.

Nous avons le plaisir de les accueillir dans le cadre de leur nouvelle création « Deux valises pour le Canada » titre provisoire : un solo avec l’accordéoniste Julien de Borman, mise en scène de Lara Hubinont. Un spectacle pour enfants dès 10 ans, où se raconte une histoire vraie de la migration d’une famille hongroise en 56.

RIVE // Musique

Après les avoir découvert lors de la petite Scène du 16 novembre, nous avons le plaisir de les accueillir en résidence. Avec un premier EP en français baptisé - Vermillon - sorti en mars, Rive est en passe de devenir le groupe électro-pop belge du moment. Juliette & Kévin forment ce duo à l’identité sonore et visuelle hautement addictive.

Avec puissance et douceur, la voix de Juliette Bossé nous embarque dans un voyage exaltant aux multiples influences: Air, Apparat, Tame Impala, Son Lux Produit par Remy Lebbos (Rare Sound Studio), le son de ce premier quatre titres est soigné, aérien, poétique. Et on reste - rivé - sur nos écrans à rêver devant le clip réalisé par l’illustratrice de génie Julie Joseph. N’hésitez pas, voyez plutôt : www.youtube.com/watch?v=GS8ZJncoe0s

De retour chez nous :

Les compagnies Tic en Toc et Tintalada - Théâtre Jeune Public à partir de 10 ans, en création avec « AyoAya » - spectacle pluridisciplinaire autour d’une légende marine 

HElMo - Service aux étudiants // Comédie musicale

L’objectif est de rassembler les talents de HELMo (étudiants et membres du personnel) autour d’un événement : construire avec la diversité des talents un spectacle/expo qui sera présenté au public au mois de mars, donner une visibilité aux talents HELMo, leur permettre de s’exprimer en favorisant le tissage d’un lien social.

En musique, de nouveaux groupes viennent occuper le local petite maison : - Archiduc - Hungry Hollow - Space Beans

ET POUR LES CURIEUx CULTURELS :

Il ne faut jamais siffler sur scène ou en coulisses.

On prétend que cela attire les sifflets du public.

En fait, cette superstition vient de ce que les régisseurs de théâtre utilisaient autrefois des sifflements codés pour communiquer entre eux les changements de décors. Un acteur sifflant pouvait alors semer la confusion dans le bon déroulement technique du spectacle.

+ d’infos ? http://www.theatreenaction.com/ superstitions.html

Carnet de Résidence septembre - octobre 2017

23/10/2017

Les résidences artistiques ont animé notre été !

La musique a le vent en poupe avec K-Lizeüm, www.facebook. com/pg/klizeum, un groupe de métal walllifornien et le musicien Sébastien Hogge,  www.sebastienhogge.be. Le théâtre Jeune public n’est pas en reste avec la compagnie Alula qui se prépare à défendre ses couleurs aux Festival des Rencontres Jeune public de Huy au mois d’août ! On y sera !

K-LIZEÜM

SEBASTIEN HOGGE : « Déjà bercé par le blues, le rock et le folk durant son enfance, c’est à l’âge de 16 ans qu’il apprend la technique du finger picking - une technique de jeu à la guitare qui permet de jouer les basses et la mélodie en même temps – auprès d’un maître en la matière : le guitariste belge Jacques Stotzem.

C’est également à ses côté qu’il apprend à transmettre l’âme d’un morceau à la guitare. à l’âge de 20 ans, il poursuit son aventure musicale au jazz Studio d’Anvers où il étudie le jazz. Deux ans plus tard, il peaufine son apprentissage en entrant au département jazz du conservatoire de maastricht.

En juillet 2015, ce guitariste talentueux, aussi membre du groupe de hip-hop liégeois « les R’tardataires », sort son premier Consortium – album solo de douze titres composé principalement par l’artiste, où place est faite à la musique acoustique et instrumentale avec la guitare comme principal protagoniste. »

• La libre Belgique – Septembre 2016

COMPAGNIE ALULA – THEÂTRE JEUNE PUBLIC

La compagnie Alula est née de la rencontre de plusieurs artistes, issus pour la plupart du théâtre jeune public francophone belge, désireux de travailler ensemble et de mettre leur talent respectif au service de la création Théâtrale.

En septembre 2012, la Cie Alula s’est lancée dans l’aventure et a créé son premier spectacle, Poids plume, ce spectacle a reçu une très belle reconnaissance et a tourné pendant 3 ans en Belgique, France, Suisse. un spectacle en appelant un autre, la compagnie a à cœur de continuer son chemin de création dans le domaine du jeune public, en privilégiant des thèmes qui lui sont chers et la rencontre de différents arts tels que le théâtre, la musique, le chant, l’art plastique, le mouvement, la danse...

A l’affiche cet été : BON DEBARRAS ! Le débarras… endroit sombre, peu attrayant, immuable et mystérieux. On passe à côté sans le voir et pourtant... quand on y pénètre, le temps pour nos yeux de s’habituer à l’obscurité, on découvre des tas d’objets, précieux ou pas, des traces laissées par le temps, preuves de notre passage. Dans chaque maison, l’enfant s’approprie un espace plus qu’un autre : une chambre, un grenier, une cabane de jardin…

Dans notre maison, c’est le débarras. Nous avons choisi de raconter des moments de vie de neuf enfants âgés de 6 à 14 ans habitant la maison, qui, à des époques différentes, investissent ce débarras. De 1900 à nos jours, leurs histoires s’y accumulent. Il leur sert de cache, de poste d’observation, de refuge.

La porte refermée, chacun peut plonger dans son imaginaire, se créer un univers à lui, se débarrasser de ses angoisses, de sa colère… s’inventer une vie autre, meilleure ou terrifiante suivant le jeu du moment…Y laisser une empreinte, un bout d’enfance.

www.alula.be

Et pour les curieux culturels, à qui appartiennent ces mots ?

« Ah ! Non ! C’est un peu court, jeune homme ! On pouvait dire... oh ! Dieu ! ... bien des choses en somme... En variant le ton, par exemple, tenez : - Agressif : moi, monsieur, si j’avais un tel nez, Il faudrait sur le champ que je me l’amputasse ! - Amical : mais il doit tremper dans votre tasse : Pour boire, faites-vous fabriquer un hanap ! - Descriptif : c’est un roc ! ... c’est un pic... c’est un cap ! Que dis-je, c’est un cap ? ... c’est une péninsule ! » - Curieux : « de quoi sert cette oblongue capsule ? D’écritoire, monsieur, ou de boîte à ciseaux ? - Gracieux : aimez-vous à ce point les oiseaux Que paternellement vous vous préoccupâtes De tendre ce perchoir à leurs petites pattes ? » (…)

Réponse : Cyrano de Bergerac – Edmond Rostand La tirade du nez

N’hésitez pas à aller découvrir l’ensemble de la tirade sur internet

Du côté des écoles

12/04/2017

Coup de théâtre à l’école du Val !! …

Dernière ligne droite …

Dans notre dernière édition nous vous présentions le projet de l’Ecole
du Val de Vaux-sous-Chèvremont.

Comme promis nous revenons avec les dernières nouvelles… Une petite
souris a poussé les portes des ate - liers ces dernières semaines … et a eu
l’occasion de capt urer pour vo us du plaisir, des sourires, des rires, du
lâcher prise, du dépassement de soi , des essais, des rat és, du co urage … le
travail porte ses fruits … les ateliers s’enchaînent et arrivent to ut doucement
dans la dernière ligne droite … les premières mises en place , les premières
« vraies » répétitions sur un platea u, les premières confrontations
à un public … ça se concrétise !!

Les tout petits…

Le 24 avril ce sont les tout petits de Mme Isabelle et Mme Fanny qui ont ouvert le bal avec la présentation de leurs premiers « pas de danse ». Accompagnés par Catherine Lazard (les Ateliers de la Colline) et influencés par l’exposition sur l’univers poétique de Anne Herbaut et le spectacle « Stoel », ils ont exploré
l’univers des chaises : un argument pour apprendre à entrer, se déplacer, être présent sur un plateau de théâtre. Au sein de l’école ils ont invité les copains des autres classes et leurs parents pour découvrir leur travail !!!

Les 3e et 4e …
Le mois de mai sera lui aussi celui des premières « vraies » représentations ! Tout d’abord les classes de 3ème et 4ème en travail avec les Ateliers de la Colline qui se produiront au Chapiteau Arsenic 2 à l’espace Bavière les 10,
11 et 12 mai. Les élèves d’Axelle Paque ont travaillé avec Delphine Goossens autour du vivre ensemble. Ayant assisté au spectacle Dans ma rue (des Zygomars), les élèves sont partis à l’assaut d’histoires parfois rocambolesques
qui pourraient peut-être se passer sous leur fenêtre. Et si, comme ça s’est passé
dans la classe, l’une des habitants du quartier disparaissait du jour au lendemain, sans laisser de trace…

Les élèves de Mélanie Dethier-Binet (4e primaire) ont également poursuivi le travail autour du vivre ensemble. Ils ont été accompagnés par Benjamin Lichou, Zoé Neve et Marie Alié qui préparent un projet de création aux Ateliers de la Colline pour la saison prochaine, interrogeant justement la manière dont des
enfants pourraient repenser une forme de vivre ensemble. Ramenant des scènes directement issues de leur environnement familial, les élèves ont travaillé à préciser leurs observations, à les mettre en images en apprenant, peu à peu, les codes qui régissent le plateau. Ils ont également assisté au spectacle « Dans
ma rue ».

Les 5e et 6e …
Les classes de Mmes Vincent, Debouny et Bouvy en projet autour de la thématique « 2036 » avec le Kaléidoscope Théâtre se produiront quant à eux le vendredi 19/5 à partir de 17h au Centre culturel de Chênée et livreront leur vision de l’avenir. Les 3e et les Grottes de Han La Cie Ebadidon a proposé un atelier théâtre (sur 25 mardis) où ont été abordés le travail corporel, visuel et burlesque. Ceci permettant aux enfants d’explorer leurs émotions, d’apprendre à découvrir leur confiance en eux pour petit à petit la consolider et également,
travailler l’écoute des autres en groupe. Ensemble il nous propose une visite guidée des Grottes de Han…

Les 1ère et 2e ne sont pas en reste…
Les 1ère année de Mr Debroux et Mme Buteneers, les 2ème année de Mr Fassote et Mme Dussart en projet court (respectivement First Step et création de personnages) poursuivent leurs expérimentations… Les « firsts steps théâtraux » dirigés par Luc Jaminet se font au départ du livre de Chris Haughton « un peu perdu ». Il s’agit de raconter l’histoire de cette petite chouette tombée du nid. Sa rencontre avec l’écureuil, l’ours, le lapin et la grenouille, sont une belle opportunité pour jouer les personnages, développer l’imaginaire et expérimenter les émotions. un atelier dans lequel tout le monde joue tout le
temps !!!

Les élèves de 2e primaire élaborent avec Jean Lambert, Marion Gabelle et Antoine Cogniaux des histoires où se rencontrent des crayons et des éléphants, des vélos et des choses trop lourdes à porter. Comment, en 2ème primaire,
créer des personnages ? Au départ de quelle situation ? Comment leur donner forme et singularité ? Comment les « tenir » ? Marion et Antoine font partie du même projet de création qui se développera aux Ateliers de la Colline avec Benjamin, Zoe et Marie.

PROCHAINS RDV’S... une journée à Chênée le 23 mai

Le mardi 23 mai l’école entière se retrouvera au Centre culturel afin que chaque enfant, chaque classe puisse découvrir la création de l’autre sur un vrai plateau, avec des vrais éclairages. une journée scolaire à laquelle d’autres classes d’autres écoles seront invitées !!!

Une représentation tout public en soirée à Chaudfontaine le 23 juin !!!
Pour clôturer ce projet en beauté, tout ce petit monde (excepté les classes de maternelles) se rassemblera le 23 juin à 20h au Casino de Chaudfontaine pour une soirée exceptionnelle à destination des familles et des calidifontains !!!

Cette soirée mettra un point final à la première année de ce projet d’école par les arts… Les enfants, les enseignants, les artistes vous donnent déjà rendez-vous l’année prochaine pour suivre la suite de cette folle aventure !!!

Résidence mai / juin / juillet / août 2017

12/04/2017

à l’honne ur en ce début de printemps, du 26 mai au 31 mai, voici le
Festival des Artistes en Création à Chênée, 3ème édition ! événement qui
va vo us permettre, petits et grands, de croiser de multiples artistes venus en résidence chez nous (voir programme complet p 10).

Un moment important dédié à la création, à l’expression, aux artistes (musiciens, plasticiens, acteurs), qu’ils soient amateurs, professionnels , jeunes ou moins jeunes … et tous citoyens culturels.

En attendant , notre équipe poursuit son travail d’accueil en résidence
avec les artistes suivants :

Le groupe FUTURIANS

Ce groupe dont le nom va bientôt changer, devait passer chez nous en janvier mais leur résidence a été déplacée. Le bon moment est arrivé. Ils viennent au Centre culturel en ce beau mois de mai, pour peaufiner un projet réunissant le chanteur de Rediohead, Jimmy de Bacon Caravan Creek, Brian d’Eté 67 et Francois Gustin (Girls in Hawaii, Alice on the Roof).

En partenariat avec le Studio des Variétés Wallonie-Bruxelles, soutenu par la Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui propose une formation courte pour musiciens // 3 à 4 jours de coaching scénique
consécutifs en vue de préparer tournées, showcases, avant-premières, …

+ d’infos ?
Alain Vanguestaine : 0499 42 56 26 // www.studiodesvarietes.be

Le Théâtre du Sursaut
« Notre compagnie s’attache au théâtre visuel. Le corps, l’engagement corporel, le geste et la scénographie sont les piliers de nos explorations. Nous sommes guidés, dans la création d’univers non réalistes, par le masque, la marionnette et le Théâtre d’Objet.

Le décalage sous toutes ses formes nous intéresse. L’humour que nous développons est absurde, teinté d’excès, de poésie, de cruauté et de drame. L’être humain est au centre de nos créations : nous explorons ses failles, ses
humeurs, ses conflits, ses maladresses, ses peurs, ses limites, ses fonctionnements, etc.

Nous jouons de cette humanité débordante par le biais de l’humour et de l’émotion. Entre tradition populaire et recherches novatrices, nous proposons un théâtre qui rassemble ; petits et grands se retrouvent à partager un instant au coeur d’une poésie visuelle. »

www.theatredusursaut.be

Et pour les curieux culturels :

Côté cour - Côté jardin
L’expression côté cour, côté jardin est employée à partir de 1645. Au Théâtre des Tuileries, les spectateurs, quand ils regardaient la scène, avaient à leur droite la cour du palais des Tuileries, et à leur gauche, le jardin des Tuileries. On appela côté cour tout ce qui venait de la droite des spectateurs et côté
jardin, tout ce qui venait de leur gauche. Après la révolution française, les expressions côté du roi et côté de la reine furent complètement abandonnées au profit de côté cour et côté jardin.

Attention que le côté cour est à droite pour le spectateur assis dans la salle mais à gauche pour le comédien sur scène. Pour ne pas se tromper, un bon truc : le spectateur écrit JC (jardin-cour) en se rappelant un des noms suivants au choix : Jules César/Jean- Claude/Jésus-Christ... Tandis que le comédien sur scène, se souvient que le côté cour, c’est celui du coeur.

http://www.theatresaintmalo.com

Carnet de résidence mars / avril

14/02/2017

Plongés au coeur de leur pro - chaine création , les artistes suivants permettent à nos différents publics de côtoyer avec bonheur leur univers artistique singulier. C’est ainsi que nous avons le plaisir d’accueillir en résidence chez nous dans les prochaines semaines :

Les Compagnies Tic en Toc et Tintalada
La compagnie Tic en Toc joue de nos tocs et de nos tics sans éthique. Elle crée ses délires marionnettiques avec de vieux objets en toc.

Tic en Toc, un monde onirique, joyeux et acerbe où la magie s’invite au quotidien. La compagnie Tintalada aime les mots : leur forme, leur goût, leur couleur. Elle les faits vibrer, les laisse résonner dans le silence ou dans le chant puis s’envoler, un pied sur terre, l’autre dans l’eau, hissez haut !

Leur première création commune, Ayo Aya, évoque un lieu portuaire, théâtre de légende gouverné par d’anciens mythes, par les cycles de la lune et le roulis des océans. L’écriture se mêle à la marionnette, au théâtre d’objets, à l’ombre, au masque et le conte prend vie.

Le groupe BaliMurphy

Depuis 1999, les Bruxellois de BaliMurphy ont peu à peu construit leur univers bien particulier autour des textes de Mathieu Catala et François Delvoye, des compositions de Cédric Van Caillie, chanteur guitariste, et des arrangements du groupe. Leur style unique, mélangeant folk et chanson française, guitares et violons, leur a permis d’acquérir une solide expérience scénique nationale et internationale, passant des grands festivals à des concepts plus intimistes.
BaliMurphy est un projet en perpétuel développement, qui se nourrit des rencontres et évolue à son rythme personnel. Avec déjà trois albums et de nombreux prix à son palmarès, il nous revient, au printemps 2017, avec un
quatrième opus, qui se veut une synthèse entre l’esprit très folk de « Poussière » (2007) et les apports de « la Déroute » (2012). Entre autres
nouveautés, le guitariste Remi Rotsaert (Dalton Télégramme) rejoint le groupe. Ce nouvel album sera l’occasion de déployer en studio tous les enrichissements artistiques emmagasinés depuis ces quatre dernières années et d’apporter de nouvelles couleurs, une nouvelle déclinaison à cette intemporalité revendiquée.

www.facebook.com/balimurphy/?fref=ts

En partenariat avec le Studio des Variétés Wallonie-Bruxelles, soutenu par la Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, qui propose une formation courte pour musiciens // 3 à 4 jours de coaching scénique consécutifs en vue de préparer tournées, showcases, avant-premières, …

www.studiodesvarietes.be

Le Zététique Théâtre est une compagnie jeunes publics. Une appellation plurielle sous laquelle se côtoient les tout-petits, les enfants et les ados.
Le Zététique, c’est du théâtre et de la danse au service de l’imaginaire et d’un regard critique sur le monde. La compagnie emprunte son nom à un courant philosophique qui sans cesse remet en question les évidences.

Le « Zet », c’est un parcours artistique de bientôt 30 ans, ponctué de créations professionnelles mais aussi d’ateliers, pour se nourrir, partager, explorer avec notre public. C’est surtout un esprit de compagnie, un foisonnement de sensibilités rassemblées autour d’un projet-poème : Il y a un capital artistique
qui se constitue avec les personnes. […] C’est en cela qu’ils ne sont pas seulement des interprètes, qu’on peut parler d’un échange, de quelque chose de l’ordre du collectif. Ces comédiens - c’est en ce sens que c’est collectif
- font partie du poème. (Joël Pommerat).

Le Zététique c’est encore et toujours un travail en mouvement, qui ne s’installe pas. C’est aussi pour nous le moyen de respecter notre public qui nous répond par une belle complicité.

www.zetetiquetheatre.be

Et le Théâtre du Sursaut

Notre compagnie s’attache au théâtre visuel. Le corps, l’engagement corporel, le geste et la scénographie sont les piliers de nos explorations.

Nous sommes guidés, dans la création d’univers non réalistes, par le masque, la
marionnette et le Théâtre d’Objet. Le décalage sous toutes ses formes nous intéresse. L’humour que nous développons est absurde, teinté d’excès, de poésie, de cruauté et de drame. L’être humain est au centre de nos créations : Nous explorons ses failles, ses humeurs, ses conflits, ses maladresses, ses peurs, ses limites, ses fonctionnements, etc. Nous jouons de cette humanité débordante par le biais de l’humour et de l’émotion. Entre tradition populaire et recherches novatrices, nous proposons un théâtre qui rassemble ; petits et
grands se retrouvent à partager un instant au coeur d’une poésie visuelle.

www.theatredusursaut.be
----------------------------------------------------------------------
Et pour les curieux culturels...

Je me demandais l’autre jour : à quoi sert le théâtre ? À imiter la vie. Pourquoi l’imiter puisqu’elle est là ? Elle a besoin d’être imitée pour qu’on la comprenne. Qu’est-ce que ça veut dire comprendre la vie ? Ça veut dire, en même temps qu’on la vit, la voir un peu étrangère. Qu’est-ce que ça apporte ? On se
dédouble. C’est-à-dire ? On sort de soi et on fait un retour à quelqu’un qu’on ne connaît pas forcément très bien. Pourquoi ne pas rester tranquillement dans le soi qu’on connaît ? C’est le propre de l’homme. Quoi ? D’aller voir ailleurs tout en restant là.

Michel Vinaver
Extrait du site SACD/Entr’Actes

Carnet de Résidence janvier / février

07/12/2016

Nous souhaitons à tous les pas - sionnés de cult ure, à tous nos amis art istes, part enaires associat ifs et publics, une bonne et heureuse année 2017. Qu’elle soit placée sous le signe de la fraternité, de l’entraide et sous la
bannière étoilée du remue-ménag e artistique !

En ce début d’année, nous avons le plaisir d’accueillir en résidence :

- Collectif Karda // Théâtre adulte
Comédiennes, auteures et danseuses, Sarah Blion et Sarah Guilleux, travaillent actuellement à l’élaboration d’une création théâtrale intitulée « Les roses poussent-elles encore à Damas ? ». Cette écriture théâtrale s’inspire de
sujets tirés de l’actualité, de la révolution syrienne, et de l’accueil des réfugiés et du texte de l’auteur Jean-Pierre Siméon, « Stabat Mater Furiosa », et nous raconte l’histoire de deux femmes, deux soeurs, éloignées depuis des
années (l’une est en Syrie tandis que l’autre est en Belgique), au moment où les affrontements se font de plus en plus intenses. « C omment parler de la Syrie, de 2011 à aujourd’hui en 2016 ?

Comment en parler autour de nous, quand le conflit semble complexe ?
Nous sentons-nous concernés ou complètement étrangers à ce qui se passe là-bas ? Et qu’est-ce qui se passe réellement là-bas ? Et que se passe-t-il ici en Belgique, en lien direct avec l’ailleurs ? »

- Formation courte pour musiciens // 3 à 4 jours de coaching scénique consécutifs en vue de préparer tournées, showcases, avant-premières, …

En partenariat avec le Studio des Variétés Wallonie-Bruxelles, soutenu par la Ministre de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
Il s’adresse aux artistes des musiques actuelles (en développement ou confirmés) bénéficiant d’un encadrement professionnel (label, majors,
éditeurs, agents, managers,…) et résidant dans la Fédération Wallonie-Bruxelles et porteur d’un PROJET, base essentielle pour le développement
du travail à fournir. www.studiodesvarietes.be

Le premier groupe à bénéficier d’une formation chez nous est FUTURIANS (dont le nom va bientôt changer). Il s’agit d’un projet avec le chanteur de Rediohead, Jimmy de Bacon Caravan Creek, Brian d’Eté 67 et Francois Gustin
(Girls in Hawaii, Alice on the Roof).

- HElMo – Service aux étudiants // Comédie musicale

Le service aux étudiants propose de nombreux services aux étudiants de HELMo. L’objectif de ce projet est de rassembler les talents de HELMo (étudiants et membres du personnel) autour d’un événement : construire un spectacle/ expo avec le collectif rassemblé et permettre à chacun de s’exprimer en favorisant le tissage d’un lien social.

Pour venir admirer leur création, qui cette année aura lieu chez nous, bloquez dès à présent les dates suivantes dans votre agenda : les jeudi 23 et vendredi 24 février 2017, (horaire à confirmer – voir site du Centre Culturel de
Chênée).

Et pour les curieux cult urels :
On ne doit pas prononcer le mot « corde » sur scène ou dans les coulisses. La personne qui dit le mot « corde » sur scène doit payer une amende qui consiste en une tournée de vin blanc. L’origine de cette superstition viendrait
des premiers machinistes qui étaient d’anciens marins. Sur un bateau, de nombreuses cordes servaient aux manoeuvres et chacune d’elles porte un nom différent (filin, ganse, etc.) et l’on désigne par « corde » celle qui sert à tirer la cloche avec laquelle on salue les morts.

(www.theatreenaction.com/superstitions.html)

 

 

Carnet de résidence novembre et décembre

27/10/2016

Novembre et décembre, deux mois qui se conjuguent pour signifier
l’automne, pour peut-être vous donner l’envie de rester emmitouflé
bien au chaud devant vos écrans de télévision ?

De notrecôté, nous allo ns rallumer les chauffages de la salle résidence
car pour les artistes-créateurs de réflexion, de liens et de bonne humeur, il n’y a pas de temps mort.

De retour chez nous:

HElMo – Service aux étudiants // Comédie musicale

Le service aux étudiants propose de nombreux services aux étudiants de HELMo comme l’accompagnement pédagogique, l’aide sociale, l’accompagnement inclusif et la vie étudiante. C’est l’axe Vie étudiante qui est développé au travers de ce projet culturel. L’objectif est de
rassembler les talents de HELMo (étudiants et membres du personnel) autour d’un événement : construire avec la diversité des talents un spectacle/expo qui sera présenté au public au mois de mars, donner une visibilité aux talents HELMo, leur permettre de s’exprimer en favorisant le tissage d’un lien social.
Place aux jeunes !

 

Le théâtre du N’ombr-île (Spectacle d’ombres forain) // Magic Kermesse

Le théâtre du N-ombr’île est spécialisé dans les spectacles d’ombres chinoises. Ses productions sont caractérisées par une esthétique expressionniste et un humour absurde et surréaliste.

Actuellement la compagnie tourne autour du monde avec son dernier spectacle : « Expresso Circus », un cirque en théâtre d’ombres avec
accompagnement de musique live. Leur nouvelle création emportera les spectateurs dans l’univers de la fête foraine des années 30 à travers les aventures d’un jeune garçon de 10 ans.

Carnet de résidence septembre / octobre

30/08/2016

Cette année, la rentrée des résidences artistiques se décline en deux noms, deux bonnes raisons de sortir de chez soi , de provoquer les rencontres , de créer du lien… Car ces artistes ont à dire , beaucoup à dire , surtout à l’heure actuelle où la société se retrouve catapultée sur la grande scène de trop nombreux bouleversements.


 

 

Carnet de résedence mai / juin / juillet / août 2016

25/08/2016

Les artistes aux portes des résidences d’été !
Au moment d’écrire ces mots, le gel tarde à s’en aller et le soleil darde de timides rayons mais ils ne détournent heureusement pas les artistes du chemin de la création. Certains d’entre eux jonglent entre les tournées de précédents spectacles et les nouvelles idées d’écriture ou de collaboration. Ainsi nous retrouvons pour notre plus grand plaisir:
--------------------------------------------------------------
ANGEL RAMOS SANCHEZ - THÉÂTRE SECONDAIRE
--------------------------------------------------------------
Angel Ramos Sanchez, humoriste de valeur, surprend, manipule avec élégance son public en lui offrant des personnages imprévisibles et décalés mais toujours fins et désopilants. Comédien, magicien, illusionniste, mime, acrobate… il est incontestablement «l’Artiste» européen par excellence. C’est toujours avec fraîcheur qu’il vous emmène comme un conquistador dans son univers pittoresque. www.angelramossanchez.com
Il nous rejoint pour travailler sur un texte de Michel Udiany « Occident », spectacle tragi-comique sur la découverte de l’Amérique, avec, à la mise en scène, Jean Lambert des Ateliers de la Colline.
--------------------------------------------------------------
SARAH DE BATTICE – COMPAGNIE DÉRIVATION –
MARIONNETTE
--------------------------------------------------------------
Ce matin-là, en plein embouteillage dans les trémies liégeoises – mais qu’est-ce qu’on foutait là ? – on a lancé l’idée d’une compagnie, et a suivi l’idée d’un nom et parce qu’on regardait par la fenêtre, et parce qu’on n’avançait pas assez pour passer à côté, on a vu la plaque routière « Quai de la Dérivation », et c’est comme ça qu’on est nées. Presque dix ans plus tard, on se prend toujours des embouteillages – parce qu’on n’apprend jamais tout à fait de ses erreurs – et on continue à chercher ensemble, au sein de notre Compagnie, à raconter les histoires qui nous plaisent, à coup de micros sur pied, de vinyles trafiqués et d’écrans sur roulettes…

Sarah de Battice, scénographe de formation, développera spécifiquement les mouvements et la corporalité d’une marionnette à taille humaine appelée Gyorki et réalisée lors d’un stage en janvier 2016. Elle souhaite créer une forme de 15 min, basée sur la nouvelle de Jack London « Construire un feu » avec la complicité de Sofia Betz, metteuse en scène et Sandrine Bastin, comédienne-marionnettiste.

www.compagniederivation.be
--------------------------------------------------------------
LA COMPAGNIE DU MILIEU DU MONDE – THÉÂTRE DE PROXIMITÉ
--------------------------------------------------------------
Cette compagnie développe son activité autour d’une roulotte itinérante, afin de rendre la culture accessible à un plus grand nombre. Son objectif premier est d’amplifier la cohésion sociale via des événements culturels participatifs et citoyens dans une ambiance festive et populaire.
Le projet « Voisins » naît de leur envie de créer un spectacle de sens qui implique une réactivité directe avec l’actualité et un regard décalé sur ce qui fait notre quotidien, par le biais du théâtre burlesque.
A travers le regard de personnages de condition modeste impuissants face au monde du capitalisme et du consumérisme, la compagnie du Milieu du Monde présente les incohérences et les absurdités du monde actuel dominant sous un regard critique, optimiste et décomplexé.
À l’image des mauvaises herbes qui ne renoncent jamais à pousser entre les pavés, ces personnages opposent à l’oppression des formes de ruses pour se ménager des espaces de liberté qui donnent sens à leur existence.
--------------------------------------------------------------
COMPAGNIE ALULA – THÉÂTRE JEUNE PUBLIC
--------------------------------------------------------------
La compagnie Alula est née de la rencontre de plusieurs artistes, issus pour la plupart du théâtre jeune public francophone belge, désireux de travailler ensemble et de mettre leur talent respectif au service de la création Théâtrale.

En septembre 2012, soutenue par de nombreuses structures déjà bien établies dans le milieu (le théâtre des Quatre Mains, la Cie Transhumance, le centre culturel de Chênée, la Roseraie, le centre culturel de Nethen…), la Cie Alula s’est lancée dans l’aventure et a créé son premier spectacle, Poids plume.

Présenté aux Rencontres/ Sélections jeune public en août 2013, devant un grand nombre de professionnels (artistes et programmateurs), ce spectacle a reçu une très belle reconnaissance et un grand enthousiasme. Depuis 3 ans, une tournée en Belgique, France, Suisse s’est mise en place.
Un spectacle en appelant un autre, la compagnie a à coeur de continuer son chemin de création dans le domaine du jeune public, en privilégiant des thèmes qui lui sont chers et la rencontre de différents arts tels que le théâtre, la musique, le chant, l’art plastique, le mouvement, la danse...

www.alula.beET

 12